MosaikHub Magazine

Uruguay-France : seul un miracle peut sauver Cavani

mardi 3 juillet 2018 par Charles Sterlin

Blessé au mollet gauche samedi face au Portugal, Edinson Cavani se dirige tout droit vers un forfait pour le quart de finale vendredi contre la France.

Une avanie pour l’Uruguay. Un coup du sort pour le Matador. Réputé si robuste, touché par une seule blessure sérieuse en cinq ans avec le PSG (quatre semaines d’absence en 2014 à la suite d’un coup sur le tendon d’Achille), Edinson Cavani, 31 ans, a été coupé en plein effort samedi contre le Portugal, victime d’une lésion au mollet gauche.
« Une lésion accompagnée d’un œdème, mais sans rupture de fibres musculaires », a précisé ce lundi la fédération uruguayenne, après avoir pratiqué une IRM. Un diagnostic qui ne laisse que très peu d’espoir à l’attaquant parisien en vue du rendez-vous face aux Bleus.
« Cela signifie que Cavani ne souffre pas d’une déchirure mais d’une élongation du mollet, décode Benjamin Illouz, ostéopathe du sport, spécialisé dans le suivi de footballeurs professionnels. Ce genre de blessure nécessite normalement une dizaine de jours avant la reprise de la compétition et il est très compliqué de réduire ce délai. On peut toujours tenter de manipuler la hanche, de faire de l’acupuncture et de vider la poche de sang. Mais, même avec ces soins, reprendre au bout de six jours représente un risque énorme de récidive et de blessure grave, ne serait-ce qu’au bout de vingt minutes de jeu. »Pas forcément une si bonne nouvelle pour les Bleus
Sollicité par nos soins, l’entourage d’Edinson Cavani se montre lui aussi très pessimiste mais se garde bien de toute déclaration définitive. Car le staff uruguayen tente d’entretenir jusqu’à présent un flou autour de la présence de son buteur, auteur d’un doublé et d’une performance brillante face au Portugal au tour précédent (2-1). Une stratégie mise en musique lundi par Rodrigo Bentancur, le milieu de terrain de la Celeste. « Moralement, Edinson va bien, il est content de la performance qu’il a réalisée l’autre jour, a dit le jeune joueur de la Juventus Turin. Là, il a fait de la récupération. Maintenant, il faut voir comment il récupère et comment cela va évoluer au jour le jour. »
Selon le scénario le plus optimiste, Cavani pourrait trottiner de nouveau d’ici à jeudi. Mais de là à disputer un quart de finale de Coupe du monde, c’est une tout autre affaire. Même un rôle de remplaçant constituerait une fausse bonne idée. Comment imaginer en effet Oscar Tabarez, le sélectionneur uruguayen, user de l’un de ses changements au risque de se retrouver en infériorité numérique quelques minutes plus tard ?
Côté français, pas question de se projeter trop vite sur la vie sans Cavani, du moins pas officiellement. « Nous allons préparer le match comme s’il était là, a prétendu ce lundi Guy Stéphan, l’adjoint de Didier Deschamps. C’est un homme important de leur équipe. Ce n’est pas la même chose avec ou sans lui. On considère qu’il joue et on se prépare comme ça. » Dans le cas inverse, la Celeste, avec Suarez mais son complice, promet d’afficher un visage moins menaçant et encore plus prudent. Pas forcément une si bonne nouvelle pour les Bleus.


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Promouvoir & Vulgariser la Technologie