MosaikHub Magazine

Russie-Brésil : première répétition sans Neymar

vendredi 23 mars 2018 par Charles Sterlin

A trois mois du coup d’envoi du Mondial, la Russie, pays hôte, a rendez-vous avec la Seleção de Tite pour un premier test face à un prétendant au titre. Le Brésil va lui devoir composer sans Neymar.

Encore une centaine de jours à attendre pour enfin vibrer devant les meilleurs joueurs du monde réunis pour un mois en Russie. En attendant, la pays hôte reçoit vendredi, dans sa plus belle enceinte, le stade Loujniki, le Brésil pour un match amical prestigieux. Sans Neymar mais avec son parterre de stars, la Seleção aura la volonté de bien commencer sa préparation, face à une équipe méconnue mais redoutable, avant d’affronter l’Allemagne, championne du monde en titre.
Un seul être vous manque…
La vie sans Neymar, la dure réalité du PSG depuis plusieurs semaines et désormais celle du Brésil. En pleine rééducation après son opération du pied droit, la star parisienne devrait être opérationnelle pour le Mondial cet été. Mais en attendant, Tite, le sélectionneur auriverde va devoir composer sans lui pour les amicaux. On oublierait presque que le Brésil, même privé de son maître à jouer, possède un des meilleurs effectifs au monde. D’ailleurs le sélectionneur pourra compter sur presque la totalité de son groupe à l’exception de Filipe Luis. Le joueur de l’Atlético est touché gravement au péroné et pourrait certainement être privé de Mondial cet été. Pour diriger le jeu brésilien, Tite va sans doute confier les clés au néo-Barcelonais, Philippe Coutinho. L’ancien des Reds n’a pas tardé à briller au Camp Nou après avoir fait rêver Anfield et sera un cadre de la sélection brésilienne. Autres points forts, les latéraux Marcelo et Daniel Alves vont se retrouver (après leur confrontation en Ligue des champions) et seront chargés d’occuper les couloirs et d’apporter leurs qualités offensives. Au milieu, Casemiro devrait certainement occuper le poste de sentinelle devant la défense, aux côtés de Fernandinho (Manchester City) revenu de blessure et de Willian (Chelsea). Devant, le Citizen Gabriel Jesus et Firmino (Liverpool) se disputeront une place de titulaire. Enfin, que dire du dernier rempart du Brésil. Le portier de la Roma, Alisson ne cesse d’impressionner en Serie A et attire les convoitises de toute l’Europe. Bref, un effectif impressionnant qui devrait montrer toute l’étendue de son talent dès vendredi en Russie. Avant de soulever la Coupe en juillet… avec Neymar ?

La Russie, un adversaire à prendre au sérieux
Le staff brésilien est très certainement resté attentif ces derniers temps aux prestations des différents internationaux russes. Un groupe solide qui, à domicile, pourrait bien poser des problèmes aux stars de la Seleção. A la tête de la sélection depuis aout 2016, Stanislav Cherchesov s’appuie sur un groupe de joueurs intéressants qui évoluent pour la plupart dans le championnat russe. Au milieu de terrain, il faudra se méfier des talentueux frères du Lokomotiv Moscou, Anton et Aleksei Miranchuk ou encore de Denis Cheryshev qui évolue à Villarreal. Devant, la principale force de frappe russe s’appelle Alexander Kokorin du Zenit Saint-Pétersbourg, un temps sur les tablettes de l’Olympique de Marseille et deuxième meilleur buteur du championnat russe avec 10 réalisations. Le point faible ? Le dernier rempart. Le portier international du CSKA Moscou, Igor Akinfeev, le plus capé (102 sélections) et bourreau des Lyonnais en Ligue Europa, fait souvent preuve de fébrilité en club. En 2016, il avait même réussi l’exploit d’inscrire deux CSC lors de phase de poules de la Ligue des champions. Une performance qui lui avait valu les railleries des réseaux sociaux et le titre de « pire gardien de la Ligue des champions » dont il se serait bien passé. Devant son public et dans le stade où elle donnera le coup d’envoi de son Mondial dans trois mois, nul doute que la Russie aura la volonté de créer l’exploit face à l’ogre brésilien.
L’histoire de leurs oppositions
Depuis l’éclatement de l’URSS, la Russie n’a croisé la route du Brésil qu’à cinq reprises et qu’une seule fois dans une compétition officielle. Le bilan est largement en faveur des Auriverdes qui comptent 3 victoires et 2 matches nuls avant de retrouver les Russes. Au Mondial 1994, les Brésiliens s’étaient imposés 2-0 grâce à Romario et Rai. Lors leur dernière opposition en date sur la pelouse de Stamford Bridge le 25 mars 2015, les deux formations s’étaient neutralisées (1-1), Faïzouline pensait avoir inscrit le but qui aurait offert un premier succès russe mais Fred, l’ancien joueur de l’Olympique lyonnais, avait égalisé dans les ultimes secondes. En 1998 après le Mondial, le Brésil avait écrasé son adversaire 5-1. Et pour préparer la Coupe du monde en 2006, la Seleção s’était imposée sur la plus petite des marges (0-1). Un but inscrit par la légende Ronaldo.
Une première victoire russe vendredi à Moscou ?


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Promouvoir & Vulgariser la Technologie