MosaikHub Magazine

Kim-Trump : bras de fer 5 étoiles

dimanche 10 juin 2018 par Charles Sterlin

Les palaces de Singapour sont à l’heure américano-nord-coréenne depuis l’arrivée des deux dirigeants, dimanche, avant leur sommet historique de mardi.

Dans sa luxueuse suite de l’hôtel St Regis, au cœur de Singapour, Kim Jong-un prépare son tête-à-tête nucléaire avec Donald Trump. Ce palace 5 étoiles en balcon, situé sur la rue commerçante d’Orchard Road, où s’égrènent les enseignes des grandes marques de luxe, est le camp retranché du leader suprême nord-coréen, héritier de la seule dynastie « communiste » de la planète. Le dictateur trentenaire a atterri le premier ce dimanche à l’aéroport de Changi, à bord d’un Boeing 747 d’Air China, en vue de son sommet historique avec le président américain, mardi 12 juin.
Pour faire bonne figure face à Air Force One, l’avion présidentiel américain, l’immense appareil a été prêté pour l’occasion par son allié, le président chinois Xi Jinping, qui s’inquiète du flirt de son protégé avec Washington. C’est l’un des trois avions qui ont décollé de Pyongyang au petit matin, à 7 heures de vol de là, au côté de l’Iliouchine privé de Kim, et d’un avion cargo transportant sa limousine. À bord de sa Mercedes Benz noire aux vitres teintées, Kim a ensuite rejoint le centre-ville sous bonne escorte, jusqu’au St Regis. À quelques encablures du Shangri La Hotel, où devrait résider Donald Trump, attendu dans la soirée, en provenance d’un houleux sommet du G7 au Québec.
« Nous sommes vraiment en terrain inconnu », a déclaré l’hôte de la Maison-Blanche avant de décoller, pour le premier tête-à-tête de l’histoire entre un président américain en exercice et un leader nord-coréen, avec pour enjeu crucial le nucléaire.
Lire aussi Kim-Trump, l’équation de Singapour
Une cité-État familière des Kim
Seule certitude de ce sommet hors norme, Kim ne compte pas régler la note de son hôtel, où réside son imposante délégation. L’administration Trump non plus, et la lourde facture pourrait être réglée par l’hôte singapourien, qui veut profiter de ce sommet pour réaffirmer son rôle de « hub » asiatique. Le Premier ministre Lee Hsien Loong recevra à sa résidence de l’Istana Kim, qui effectue ses grands débuts internationaux, après deux premiers voyages en Chine ces dernières semaines.
Les lieux ne lui sont néanmoins pas étrangers. Les centres commerciaux et les restaurants huppés de Singapour rappelleront des souvenirs d’adolescence au troisième des Kim, élevé en Suisse, et qui mena la grande vie dans les palaces de la Côte d’Azur, à Disneyland ou à Tokyo, avant de monter sur le trône. Le clan des Kim connaît bien la cité-État, où la sœur cadette Yo-jong, et le frère ainé Jong-chol firent des escapades incognito pour assister à un concert d’Eric Clapton. Les caciques du régime aiment également venir se soigner dans les hôpitaux de Singapour, profitant aussi pendant longtemps du secret bancaire de cette plaque tournante financière.
Lire aussi Corée du Nord : dans la famille Kim, demandez la sœur
À double tranchant
Mardi, à 9 heures pétantes (3 heures du matin, heure française), Trump et Kim se retrouveront pour une poignée de main historique sur l’île de Sentosa, nichée au sud de Singapour. « Dès la première minute, je saurai s’ils sont sérieux », a juré le président américain. Le très colonial Capella Hotel sera le théâtre de ce bras de fer nucléaire à haut risque, avec pour enjeu la paix en Asie du Nord-Est. En cas de percée, le sommet lancera un processus de négociation visant au démantèlement progressif du programme nucléaire nord-coréen, assorti en contrepartie de garanties de sécurité et d’une aide économique. Un échec signifierait une nouvelle escalade sur la péninsule, nourrissant le spectre d’une action militaire contre Pyongyang.
Avec ses parcs d’attractions, son luxueux palace et ses paons qui se pavanent sous les cocotiers, la petite île de Sentosa semble l’endroit idéal pour ce rendez-vous électrique entre deux mâles dominants. Ces maîtres de la communication politique se retrouveront à deux pas des attractions des studios Universal. Spectacle hollywoodien garanti, devant des milliers de journalistes venus couvrir, sous haute sécurité, le « sommet du siècle ». Sentosa signifie « calme et tranquillité » en malais, augurant d’un rapprochement spectaculaire encore impensable il y a quelques mois. Mais avec Trump et Kim, le « feu et la fureur » couvent toujours.


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Promouvoir & Vulgariser la Technologie