MosaikHub Magazine

Rafsandjani, le « parrain » de la République islamique d’Iran, est mort

lundi 9 janvier 2017 par Sterlin Charles

Omniprésent et influent depuis la révolution de 1979, l’homme politique incarnait une ligne pragmatique et modérée.

Ali Akbar Hachémi Rafsandjani, mort d’une crise cardiaque dimanche 8 janvier à l’âge de 82 ans, était l’homme des paradoxes dans un pays qui n’en est pourtant pas avare. Homme de confiance et disciple de l’ayatollah Khomeyni, fondateur de la République islamique, dont il a assumé les pires exactions, il a été, dans les dernières années de sa vie, le « parrain » de ce qui restait du camp réformateur, faute de mieux.

Principal artisan de l’arrêt de la guerre avec l’Irak en 1988 puis de la politique d’ouverture au monde sous ses deux mandats de président (1989-1997), il a aussi été l’un des promoteurs du programme nucléaire clandestin qui a valu à son pays de longues années d’isolement international. Et la justice argentine l’accuse d’être le commanditaire de l’attentat contre un centre juif à Buenos Aires en 1994, qui avait fait 84 morts.

Plus encore que le Guide suprême Ali Khamenei, son inséparable ami-ennemi au sein du régime, M. Rafsandjani a incarné les vicissitudes de la République islamique depuis ses débuts jusqu’à nos jours. La liste des postes qu’il a occupés est sans égale : président du Parlement de 1980 à 1989, brièvement commandant en chef de l’armée en 1988, président de la République de 1989 à 1997, président de l’Assemblée des experts (chargée d’élire et de révoquer le Guide suprême) de 2007 à 2011 et enfin, président du Conseil de discernement (une sorte de Conseil d’Etat iranien chargé d’arbitrer les conflits entre institutions) de 1989 jusqu’à sa mort.

Homme de pouvoir insaisissable

Trois jours de deuil national ont été décrétés pour rendre hommage à celui que les Iraniens surnommaient malicieusement « kouseh », ce qui signifie en persan « le glabre » – en raison de sa faible pilosité, il ne portait pas la barbe contrairement aux autres dignitaires religieux chiites – mais aussi « le requin ». Une allusion à son insatiable appétit de richesses, qui lui a aliéné une bonne partie de l’opinion publique de son pays. Ali Akbar Hachémi Rafsandjani était aussi une anguille, un homme de pouvoir insaisissable et difficile à classer, voire une pieuvre, tant ses réseaux d’influence économiques, politiques et religieux, étaient tentaculaires.

Dans son communiqué rendant hommage à son vieux compagnon de route, le Guide suprême Ali Khamenei, numéro un de la République islamique, déplore la perte « difficile et accablante » d’un « compagnon de luttes » dont il rappelle perfidement le rang d’« hodjatoleslam » (un titre religieux de rang intermédiaire), qui était aussi le sien avant qu’il ne prenne la succession de l’imam Khomeyni. Il rappelle également la lutte feutrée entre les deux hommes : « Nos épisodiques divergences d’opinions et d’interprétations [religieuses] n’ont jamais réussi à rompre nos liens d’amitié durant ce long compagnonnage. »

En fait, Khamenei doit tout à Rafsandjani. A la mort de Khomeyni, en 1989, Rafsandjani, qui était le plus proche confident de l’imam, rapporte les propos élogieux du Guide en faveur de Khamenei. Ce dernier, bien que simple hodjatoleslam, est alors fait ayatollah et nommé Guide suprême. Rafsandjani, lui, se fait élire président. Son pari, c’est qu’une fois Khomeyni disparu, la légitimité républicaine va prendre le pas sur celle du religieux. Las, Khamenei n’aura de cesse de poursuivre son « bienfaiteur » d’une vindicte jalouse, limitant ses pouvoirs, faisant arrêter ses proches et l’empêchant même de se présenter à l’élection présidentielle de 2013.

Cette dernière humiliation, « kouseh » a su, une fois de plus, la contourner en soutenant celui qu’il estime être son meilleur élève, le modéré Hassan Rohani, élu à la surprise générale grâce à une coalition entre pragmatiques symbolisée par l’alliance inédite entre Rafsandjani et l’ex-président réformateur Mohammad Khatami. C’est d’ailleurs à M. Rohani que la perte de Rafsandjani porte le coup le plus rude. En difficulté sur la scène intérieure, à l’approche de la présidentielle de mai, le président n’a toujours pas dit s’il briguait un nouveau mandat, alors que le camp conservateur ne se prive pas de critiquer l’absence de retombées économiques et le maintien des sanctions américaines malgré la conclusion d’un accord historique sur le programme nucléaire iranien, le 14 juillet 2015. L’argent et les réseaux d’influence de Rafsandjani auraient été précieux dans une campagne électorale qui s’annonce rude.

A l’annonce de la mort d’Ali Akbar Hachémi Rafsandjani, une foule s’est rassemblée autour de l’hôpital de Shohada, dans le nord de Téhéran, où le président Rohani a été le premier à se précipiter, en pleurs selon les témoins. Puis, une fois son corps transporté à Jamaran, le quartier résidentiel du nord de Téhéran, où il occupe une riche demeure, des grandes figures de la République islamique, dont le ministre des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, et l’ancien président Khatami, s’y sont pressées.

Le député Ali Motahari, un proche du président Rohani, l’a décrit comme « un homme qui, ces dernières années, s’est battu contre les maux et les problèmes de la révolution islamique » et « qui a été un symbole de modération ». Sur les réseaux sociaux, les Iraniens sont nombreux à s’inquiéter de l’avenir : « Si les radicaux ne faisaient pas ce qu’ils voulaient, c’était parce qu’ils avaient peur de Rafsandjani. A partir de maintenant, rien ne peut les arrêter », écrit ainsi un utilisateur iranien de Twitter. Il y a quelques mois, Rafsandjani s’était prononcé pour un remplacement du poste de Guide suprême, à la mort de Khamenei, par un conseil collégial, déchaînant les critiques dans le camp ultraconservateur.

Rafsandjani n’a pas toujours été l’égérie des réformateurs iraniens, loin de là. Ils lui ont longtemps reproché de ne s’être jamais préoccupé des droits de l’homme et des libertés. Il a été accusé d’avoir ordonné – ou du moins approuvé – l’assassinat des leaders kurdes Abdul Rahman Ghassemlou, à Vienne en 1989, puis Sadegh Sharafkandi, à Berlin en 1992. Le journaliste Akbar Ganji, qui lui avait donné le surnom d’« éminence rouge », l’a accusé d’être derrière la campagne d’assassinat des intellectuels à la fin des années 1990. Les révélations du journaliste sur la fortune et la cupidité sans limites du clan Rafsandjani achèvent de le rendre impopulaire.

Première fortune du pays

Ce fils de paysan de la région désertique de Kerman possède ainsi Mahan Air, la deuxième compagnie d’aviation du pays, des chaînes d’assemblage de voitures coréennes, des universités privées, etc., ce qui fait de lui la première fortune du pays. Il contrôle également le commerce lucratif de la pistache. Dans les années 1990, Rafsandjani avait confié le chantier du dispendieux métro de Téhéran à son fils Mohsen. Son autre fils, Mehdi, purge actuellement une peine de dix années de prison pour malversations financières et atteintes à la sécurité de l’Etat. L’une des filles de la famille, Faezeh, sauve l’honneur par son engagement féministe et prodémocratique, ce qui lui a aussi valu de faire de la prison en 2012-2013.

Aux élections législatives de 2000, en plein raz-de-marée réformateur, Rafsandjani arrive trente-et-unième pour 30 sièges en lice à Téhéran. La gifle est colossale. Repêché par la commission électorale, il renonce à siéger. Cinq ans plus tard, il subit un nouvel échec, pire encore, à l’élection présidentielle. Le « roi de la pistache » mène une campagne à l’américaine, sûr de gagner face à Mahmoud Ahmadinejad, un petit gardien de la révolution sans background religieux et aux blousons étriqués. L’ultraconservateur gagne à la surprise générale. Les proches de Rafsandjani sont arrêtés, placardisés ou contraints à l’exil.

A la présidentielle de 2009, Rafsandjani soutient Mir Hossein Moussavi, qui se proclame vainqueur et conteste les résultats officiels donnant Ahmadinejad gagnant. Lors des manifestations qui s’ensuivent, Rafsandjani appelle les autorités à la modération et critique la répression du « mouvement vert », sans jamais franchir la ligne rouge consistant à s’opposer au régime et au Guide suprême.

Privé de revanche en 2013, il la prendra par procuration à travers la victoire de son protégé Rohani. Alors qu’arrive au pouvoir Donald Trump, qui a annoncé vouloir supprimer l’accord nucléaire, et que la chute d’Alep a porté au paroxysme les tensions avec l’Arabie saoudite, grand rival régional de l’Iran, le pragmatisme et la modération de Rafsandjani vont manquer à la République islamique.


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Kalfoulwa Directory