MosaikHub Magazine
Journée porte-ouverte

Belle affluence pour les 120 ans du Nouvelliste

vendredi 4 mai 2018 par Charles Sterlin

Jamais le journal de la rue du Centre n’a eu autant de visiteurs lors d’une journée porte ouverte durant ces dix dernières années. Pour les 120 ans du Nouvelliste, ils ont répondu présent ce jeudi 3 mai 2018. Ils étaient plusieurs centaines, écoliers, étudiants, parlementaires, artistes, juristes, membres du gouvernement, diplomates étrangers, professionnels, défenseurs des droits humains, patrons de presse et personnalités de tous les secteurs du pays à témoigner leur affection et leur respect au journal. Pour immortaliser ce moment de grande communion, nous publions certains des témoignages et souhaits…

National -

Jocelerme Privert, ancien président de la République
Je suis très heureux de passer au journal pour ses 120 ans. C’est un devoir et une responsabilité. Il fallait manifester ma solidarité à tous les travailleurs de la presse, en cette Journée internationale de la liberté de la presse, et au doyen de la presse haïtienne.
Wilson Laleau, directeur de cabinet du chef de l’Etat
J’adresse toutes mes félicitations au staff du Nouvelliste pour ses 120 ans. C’est quand même une grosse expérience que le journal peut partager avec pays et avec ceux qui viennent de se lancer dans ce domaine. De ce point de vue, je pense que cet anniversaire est un grand événement pour le journal. Cela lui confère également une grosse responsabilité. Mes expériences avec Le Nouvelliste remontent à très longtemps. Je suis abonné au journal dès mon enfance. J’étais un fidèle lecteur de la rubrique « De tout, de rien, voire de rien du tout » de Carlo Désinor. Le Nouvelliste participe quelque peu à ma formation.
Joseph Lambert, président du Sénat de la République
120 ans est court quand on le prononce mais cela veut dire beaucoup. 120 ans de lutte pour hisser la presse haïtienne, pour garder ce standing en tant que doyen de la presse. C’est un moment spécial pour apporter notre encouragement et notre solidarité à la presse malgré toute l’incompréhension dont elle est l’objet à travers certains groupes. Le Nouvelliste reste un monument. On ne peut pas voir cet organe de presse n’importe comment. On témoigne nos respects aux journalistes en cette occasion de la Journée internationale de la liberté d’expression. On apporte notre solidarité à la presse tout comme le photojournaliste Legagneur devrait l’avoir.
Carl Braun, Unibank
120 ans, c’est la durabilité, la longévité. Mon arrière-grand-père était l’un des fondateurs du journal avec Henry Chauvet. C’est avec autant de plaisir que je suis ici pour fêter avec le journal. Je souhaite 120 ans de plus au journal.
Clarens Renois
120 ans du Nouvelliste c’est 120 ans d’histoire d’Haïti. C’est l’institution qui nous parle mieux d’Haïti. C’est le meilleur témoin vivant d’Haïti. Pour moi Le Nouvelliste n’est pas un journal, mais juste une personnalité qui va au-delà de l’âge moyen des Haïtiens vivants. C’est donc une source extrêmement intéressante pour tout le monde.
Jessy Menos, ministre du Tourisme,
C’est avec beaucoup de fierté que je participe aux 120 ans du Nouvelliste. C’est un modèle et un exemple pour nous tous. Passion, amour et dure labeur, sont les facteurs clés qui permettent au Nouvelliste de tenir le coup. Que les jeunes qui veulent s’investir dans le monde de l’entrepreneuriat prennent Le Nouvelliste comme exemple. Le Nouvelliste est un journal qui me marque et M. Jolicoeur a été le premier personnage qui a inscrit pour la première fois le nom du ministre du Tourisme dans les colonnes du Nouvelliste.
Richard Morse, RAM
Bonne fête Le Nouvelliste, bon bagay ! Le Nouvelliste travaille, qu’il tienne bon ! Nous lisons Le Nouvelliste chaque jour, il fait partie de notre vie quotidienne.
Liliane Pierre Paul, journaliste de carrière à Radio Kiskeya
Mon rapport avec Le Nouvelliste remonte à mon adolescence quand j’ai découvert ce qu’est Le Nouvelliste pour la première fois, et après avoir lu la vocation de l’élite de Jean Price Mars qui avait rencontré M. Chauvet, le grand-père de Max pour discuter du rôle de la presse dans le développement du pays. C’était en 1916.
Le Nouvelliste est l’une des rares institutions du pays à avoir vécu cent ans, aux côtés de Barbancourt, de Deschamps, etc. C’est un patrimoine de l’humanité qui a pu aider le pays.
Eudes Lajoie, coordonnateur de l’Office national de la migration (ONM)
Je souhaite que Le Nouvelliste marche de victoire en victoire car il fait toujours œuvre qui vaille dans la société haïtienne. Longue vie au journal Le Nouvelliste qui marche toujours aux côtés des plus faibles en particulier et de la population haïtienne en général. Les journalistes nous impressionnent à travers leur plume et leur engagement.
Jean Bonald Golinsky Fatal, président de la Confédération des travailleurs et travailleuses des secteurs public et privé
Participer à ce grand événement qui est 120 ans du Nouvelliste est pour moi un grand honneur car « se yon gwo moso nan kesyon près la ». C’est un modèle et l’une des rares institutions du pays qui résistent durant toutes ces années. Le Nouvelliste traverse trois siècles. C’est donc un patrimoine national. Nous souhaitons que Le Nouvelliste survive, qu’il continue à servir le pays encore pendant plusieurs années.
Allan Raphaël
Le Nouvelliste nous tient toujours informés des actualités tant nationales qu’internationales. Je souhaite au Nouvelliste de continuer à persévérer contre vents et marées afin de former et d’informer la population sur les faits saillants de l’actualité.
Wendelle Coq Thellot, vice-présidente de la Cour de cassation
Le Nouvelliste a toujours fait un bon travail en se mettant disponible pour ceux qui requièrent son service. Le journal a toujours été disponible pour travailler avec la justice en Haïti en répondant à nos appels et publiant toutes les décisions de justice rendues par les tribunaux et cours du pays. Je souhaite que le journal connaisse des siècles encore.

Liez Edouard, représentant de la Fédération des barreaux d’Haïti au CSPJ
Dans notre société en proie à des crises politiques et économiques, avoir une institution qui célèbre 120 ans est extraordinaire. Pour consolider la démocratie la presse a un rôle fondamental à jouer, notamment Le Nouvelliste qui a toujours été un partenaire du pouvoir judiciaire. La société est très reconnaissante envers le journal pour son engagement.

Alix Richard, vice-président du parti Fusion

Malgré la dictature et les périodes de turbulences que le pays a connues, fêter 120 est juste remarquable. La société doit encourager ce média en lisant les journaux davantage. J’encourage les jeunes à le faire pour s’informer et se former. La liberté de la presse est un acquis de l’après Duvalier. Si la presse est muselée, nous les citoyens perdront notre liberté aussi.
Anthony Barbier
Je suis assez surpris de voir que le journal reste assez jeune. Je souhaite d’autres belles années au journal par centaines. L’éditorial d’hier a montré la contribution inestimable du Nouvelliste à la liberté d’expression, même pendant la période de dictature.
Arnold Antonin
Mes rapports avec Le Nouvelliste ont commencé depuis 1986, et ils ne sont jamais interrompus. Le journal a toujours assuré la couverture de mes activités, dont le Forum libre du jeudi depuis 31 ans. Le journal s’est toujours renouvellé même au temps où il était le seul quotidien du pays. Nous avons un rapport d’amitié et de collaboration constante. Je souhaite au Nouvelliste de continuer la lutte pour la liberté d’expression et l’amélioration de la société haïtienne.
Pierre-Richard Casimir, ancien ministre
Le Nouvelliste est un patrimoine. Toute ma vie j’ai connu Le Nouvelliste, en ce sens je peux dire que nos histoires se rencontrent. Ma présence ici témoigne non seulement ma gratitude pour les différents services que le quotidien a rendus au pays, mais aussi ma solidarité. Car Le Nouvelliste symbolise aussi la modération, la promotion et la défense de la liberté de la presse en Haïti.
Pierre Volmar Demesyeux, conseiller à la CSC/CA
Le Nouvelliste est le seul organe de presse que je connais qui peut compter 120 ans d’existence. Cela sonne extraordinaire pour moi. En bien des points ce journal s’est toujours montré un peu avant-gardiste. C’est bien de célébrer la Journée internationale de la liberté d’expression mais il faut aussi rappeler que Le Nouvelliste a existé bien avant que ce jour soit consacré.
Paul Gomis, représentant de l’Unesco en Haïti

120 ans est une marque de beaucoup de devoir, d’expérience et de responsabilité, ce n’est pas évident de survivre à toutes ses péripéties, c’est pourquoi je souhaite longue vie au Nouvelliste. Je n’ai pas de doute que ce quotidien a dû jouer plus d’un rôle dans la promotion de la liberté d’expression dans le pays. L’un des premiers est d’avoir résisté au temps quand les institutions étatiques par exemple ne fonctionnent pas comme elles devraient. Le Nouvelliste de longévité est donc un modèle qui doit inspirer les jeunes. Maintenant le journal doit se réinventer pour continuer à exister.
Marie Laurence J. Lassègue
Les 120 ans du journal me font penser à plein de journalistes, au staff qui est là maintenant et aux jeunes filles qui y collaborent pour le bon travail qu’ils ont fait. En regardant le nombre de personnes qui visitent le journal ce matin je me dis que c’est une date importante l’anniversaire du Nouvelliste. J’ai 63 ans et j’ai vu ce journal évoluer et connaître plein d’amélioration dans sa qualité. J’aime la version papier du journal. Etre en contact avec le papier, lire les articles me fait énormément plaisir. Je souhaite une longue vie au journal.
Guyler C. Delva, ministre de la Culture et de la Communication
J’ai été rédacteur au Nouvelliste et je ne pourrai jamais me séparer de cette institution qui est un patrimoine du pays. Je souhaite au journal des centaines d’années encore. Je salue aussi que l’équipe du journal maintienne ce média, doyen de la presse haïtienne, à un niveau d’excellence. Comme ministre de la Communication, j’ai beaucoup de respect pour Le Nouvelliste et je m’engage à lui fournir les informations nécessaires pour qu’il fasse son travail comme toujours en toute objectivité et impartialité. Un chapeau aussi pour ce quotidien qui a su garder une position médiane au cours de son existence.
Myria Charles, Sister M
Le Nouvelliste a fait toutes ses preuves comme doyen de la presse haïtienne. Ce n’est pas courant en Haïti d’avoir des institutions pérennes. Je suis très contente d’avoir collaboré avec Le Nouvelliste un temps. Mais je suis heureuse de savoir que la porte du journal reste ouverte pour tous, sans besoin aucun de parrainage. Je souhaite au Nouvelliste d’autres 120 ans pour former d’autres générations pour le pays.
Pierre Espérance, RNDDH
Un journal qui a su rester en vie en gardant toujours une ligne est quelque chose de remarquable en Haïti. Le Nouvelliste a toujours fait le travail d’information de façon équilibrée pendant toutes ces années même quand on sait que c’est difficile dans un pays où règne l’impunité. Mes souhaits sont pour la continuité de cet engagement.

Déus Deronnette, député de Marigot
Au nom de ma circonscription je souhaite au journal Le Nouvelliste longue vie encore. Avec ses 120 ans, le journal est donc témoin de l’histoire de ce pays. Je souhaite à tout le staff de garder le flambeau en restant rectiligne en rapport avec l’éthique de la profession dans la diffusion des informations.
Dieupi Chérubin, sénateur du Sud-Est
Les 120 ans de Le Nouvelliste marquent un record de longévité avec impartialité et objectivité. C’est un patrimoine pour le pays. Je souhaite au journal une bonne continuité au service des jeunes et surtout de la promotion d’une nouvelle Haïti. La contribution du Nouvelliste dans la lutte pour la liberté d’expression en Haïti est connue. C’est pourquoi je pense que le travail et l’engagement de ce quotidien ne peuvent s’arrêter là.
Andris Riché
Il faut apprécier quand certaines institutions comme Le Nouvelliste arrivent à échapper au temps. Il faut avoir le courage de dire que c’est en construisant et non en détruisant qu’on pourra faire avancer les choses. Cette longévité est le fruit de longues années de travail. Je tenais à passer ici pour saluer les responsables et demander aux Haïtiens que nous essayions de faire la même chose en construisant ensemble des choses qui peuvent nous amener quelque part.
Chesnel Pierre, directeur général de l’ONA
Je savais lire le journal quand j’étais écolier aux Gonaïves. Ce quotidien m’a aussi formé comme étudiant. Désormais comme professionnel et responsable je continue de lire le journal. Je suis formé par Le Nouvelliste. Je vous rends visite comme directeur de l’ONA et comme citoyen.
Béatrice Turnier
La lecture matinale du Nouvelliste était presque une cérémonie chez ma grand-mère. Je connais l’existence de ce journal depuis mon enfance. Il est extrêmement important dans mon histoire familiale. Nous n’avons pas beaucoup d’institutions en Haïti qui ont connu cet âge. Il est, par conséquent, important de le marquer.
Tim Valda
Pour moi qui vient du Nord, lire le au journal au quotidien n’était pas possible. Il fallait attendre des semaines pour recevoir les numéros. J’éprouvais beaucoup de plaisir pour lire les articles. J’ai grandi en lisant ce journal. J’ai perpétué cette habitude en devenant adulte. Je me suis abonné au journal. Je garde toujours le même engouement.
Peterson Gilles, animateur culturel à Radio Kiskeya.
120 ans, cela dit beaucoup, surtout dans un pays où nous ne sommes pas tolérants, où ceux qui disent la vérité toute crue, sans la déformer ne sont pas toujours bien appréciés par certains.
Eric Jean Baptiste
Pour maintenir l’entreprise financièrement active pendant tout ce temps et garder en tant que presse son objectivité par rapport aux démons de la politique, ça demande beaucoup d’efforts. Pour traverser le temps, il faut bien plus que du talent. Le Nouvelliste est l’un des rares médias à publier régulièrement un éditorial dans lequel il prend position sur un fait d’actualité. C’est une bonne chose.
Gomez Mackenson, BUH : Pouvoir célébrer 120 ans, ce n’est pas une mince affaire
Amary Joseph Noël, porte-parole du Comité de pilotage des Etats généraux sectoriels
Le Nouvelliste est ce qu’il est grâce à son histoire, une histoire glorieuse. Un patrimoine national", décrit le professeur Amary Joseph Noël. Ce dernier avoue participer à la journée porte ouverte avec un sentiment d’appartennace au Nouvelliste qui, concède-t-il, a participé non seulement à sa construction, mais aussi à la méritocratie dans le pays. Le coordonnateur de la société haïtienne dit souhaiter que Le Nouvelliste continue d’oeuvrer pour le bien dans la totale indépendance en étant utile à des génération futures.
Le journaliste Rotchild François Junior
C’est quand même le doyen de la presse haïtienne. Ce n’est pas donné à toute institution d’exister durant 120 ans. Le Nouvelliste a fait ses preuves. De génération en génération, ils(les journalistes) ont prouvé qu’ils peuvent accomplir de sérieux travaux dans le metier. Ce n’est pas un métier facile, souligne l’ancien ministre de la Communication, qui invite les journalistes à continuer sur la même lancée.
Elizabeth Beton Délègue, l’ambassadeur de France en Haïti
Qu’un journal soit parmi les rares entreprises qui ont une telle longévité a une signification, notamment en Haïti. Je crois que Le Nouvelliste prouve qu’il est dans cet effort pour maintenir un journalisme de qualité, pour former les autres journalistes. Je veux dire aux journalistes qu’ils sont un élément fondamental pour la démocratie. Il est important de faire le travail, mais surtout avec rigueur."
Emile Brutus, secrétaire d’Etat à l’Alphabétisation
Le Nouvelliste a participé à ma formation. C’est l’un de mes premiers instruments de lecture dès ma jeunesse. LeNouvelliste est un lieu de mémoire, témoin privilégié de nos moments de bonheur et de malheur. "Cest un lieu de mémoire à visiter par les jeunes et les adultes. C"est avec un sentiment de fierté que je visite le journal. 120 ans, c’est une marque de durabilité et de stabilité. Il faut apprendre aux jeunes comment Le Nouvelliste a pu construire sa personnalité au fil des années. Nous savons que le métier est très difficile en Haïti. Il requiert beaucoup d’abnégation dans un pays où les institutions sont faibles. Je souhaite longévité à Le Nouvelliste.
Etzer Emile, économiste et chroniqueur
Il faut encourager la continuité en Haïti. C’est trop facile de lancer des initiatives qui ne durent pas. Des projets, des institutions qui traversent le siècle, c’est ce qu’on cherche au niveau national. Le Nouvelliste est un exemple considérable de continuité, de stabilité et d’institutionnalisation. C’est un exemple à plusieurs dimensions pour d’autres institutions. C’est une institution inclusive. Je souhaite qu’elle puisse continuer à exister pour que les autres générations puissent en profiter. Les journalistes, c’est la passion, la détermination. Vous avez démontré cela au journal, compliments !
Nadia Cherrouk, directrice pays de la PADF
Je suis ici pour souhaiter une bonne fête au Nouvelliste. Je veux féliciter l’équipe pour un travail d’excellence dans le domaine de la presse. Je suis ici également pour célébrer un petit moment ensemble à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse. PADF appuie la liberté de la presse en Haïti, dans les Caraïbes et partout dans le monde. Parmi tous les médias en Haïti, nous estimons que Le Nouvelliste fait un excellent travail pour couvrir la réalité du pays avec beaucoup de transparence et d’intégrité. Cela nous aide dans la mission que nous accomplissons en Haïti.

Jean Mathiot, directeur de l’Institut français en Haïti (IFH)
Heureuse anniversaire à cette jeune femme ou ce jeune homme qu’est Le Nouvelliste. On est ravis de l’avoir tous les jours dans nos mains. C’est un journal de très haute qualité. Je félicite la rédaction et l’actuel rédacteur en chef Frantz Duval pour cet admirable travail qu’il a accompli. Le Nouvelliste est un instrument indispensable à la construction culturelle, éducative et démocratique en Haïti. Comme le sont tous les quotidiens à travers le monde. Je lui souhaite longue vie de toutes ses 120 années et plus encore.
Hérold Jean François
La connexion du Nouvelliste avec le pays est large. Je vois beaucoup de jeunes. Ils s’approprient le journal. C’est une bonne chose, parce qu’en général on véhicule l’idée selon laquelle les jeunes ne s’intéressent pas à un ensemble de choses, dont la lecture. Le Nouvelliste à travers le temps. 120 ans, c’est un exploit. Il s’impose dans toutes les générations. Il y a beaucoup de jeunes, mais aussi des adultes. 120 ans, il faut le faire, en tenant compte des difficultés d’exercer comme une entreprise de presse en Haïti, milieu aussi hostile et divisé. Le Nouvelliste a déjà fait la courbe avec les nouvelles technologies. Qu’il puisse rester la principale référence au niveau de la presse écrite ! Il y a des hauts et des bas, mais la doyenne est ferme au poste pour continuer à faire le travail.
Régine Lamur, ministre de la Jeunesse, des Sports et de l’Action civique
Tout ce que je veux dire au doyen de la presse ne peut se résumer en un mot. Je tire ma révérence à cette institution qui, durant les 120 ans, nous forme et nous informe dans divers domaines. Il était absolument nécessaire de venir physiquement féliciter tout le personnel et tous les collaborateurs de ce quotidien. Le Nouvelliste est le nôtre. On remarque que Le Nouvelliste continue d’innover et de rénover. C’est une institution qui accorde une place très importante à la jeunesse haïtienne. Je souhaite tous les vœux de succès et de continuité au Nouvelliste. Sans un journal conséquent comme celui-là, le secteur sportif perdrait sa place.
Jorchemy Jean-Baptiste, vice-président de RENMEN AYITI
Toujours au rendez-vous pour venir souhaiter les meilleurs vœux au journal. Le Nouvelliste représente un patrimoine national et mondial. C’est notre fierté haïtienne. Si on veut parler d’une institution pérenne à travers le pays, on doit évoquer Le Nouvelliste. C’est la plus grande base de mémoire de l’histoire de ce pays, que ça soit sur le plan politique, économique ou culturel, avec les vrais clichés. C’est plus qu’un devoir de souhaiter les meilleurs voeux au journal pour les 120 ans à venir.
Edmonde Supplice Bauzile, présidente du parti Fusion
Le Nouvelliste est une icône, un patrimoine pour les Haïtiens. Il n’est plus la propriété privée d’une tierce personne. Le Nouvelliste contribue à cet effort pour la liberté de la presse. Je suis inquiète que les réseaux sociaux n’empiètent pas sur ce travail du quotidien. Que Le Nouvelliste continue sur sa lancée et continue à inciter la jeunesse à la lecture.
Josué Sénat, étudiant
Un sentiment de reconnaissance envers Le Nouvelliste. Un patrimoine qu’on doit vénérer. C’est énorme qu’une institution a pu tenir le coup contre vents et marées en Haïti. Je félicite l’équipe du Nouvelliste.
Katie Taylor, directrice exécutif de la PADF
Le Nouvelliste, pour moi, est un phare. Un phare de la transparence, pour la formation, pour la liberté, pour que le public ait accès à des informations fiables. Nous, en tant que PADF, travaillons pour aider le peuple haïtien. Et nous le faisons dans un environnement de transparence, d’ouverture, pour aider les gens qui sont défavorisés. Par conséquent, nous sentons que nous sommes frères d’un journalisme ouvert et d’une presse libre que nous appuyons. Nous sommes ici en solidarité avec la mission du Nouvelliste.
Patricio Utreras Diaz, ambassadeur du Chili en Haïti
Je suis là pour exprimer mes félicitations au Nouvelliste pour ses 120 ans. Je suis là pour apporter de l’encouragement au staff même s’il n’en a pas besoin. Mais je l’encourage quand même à poursuivre l’aventure pour des prochains 120 ans. Je suis un admirateur de ce que fait le journal tous les jours dans le domaine du soutien à la culture et à l’art haïtiens. Je souhaite que Le Nouvelliste continue à être présent tous les jours dans la vie des Haïtiens.
Richard Sénégal, cinéaste
Ce n’est pas facile, d’autant que c’est un organe de presse qui arrive à une telle longévité. La presse a un rôle important à jouer dans le développement de la société. Je souhaite que Le Nouvelliste continue à s’adapter dans le monde de l’information et de la technologie. Je crois que Le Nouvelliste a la capacité de marcher à ce rythme.
L’ambassadeur de l’UE, Vincent Dégert
Je viens féliciter Le Nouvelliste pour ce grand anniversaire. L’Union européenne a 61 ans, donc on est loin derrière Le Nouvelliste. On espère arriver à cette longévité-là. On apprécie la qualité de journalisme que l’on retrouve dans les publications de ce quotidien francophone. On lit avec beaucoup d’intérêt les éditoriaux. Le journalisme détient une fonction démocratique essentielle et fondamentale dans une société. Il faut que l’État protège les travailleurs de presse en mettant à leur disposition des moyens et un cadre légal. Longue vie à la démocratie et au journalisme !
Stéphanie Charles, journaliste et présentatrice
Le Nouvelliste montre la voie. C’est un honneur de vivre ce moment-phare pour Le Nouvelliste. Je rends hommage à cette institution. C’est toujours un plaisir de lire chaque nouvelle publication dans les colonnes du Nouvelliste. Que le doyen de la presse continue sur cette lancée et continue de donner le ton aux autres !
Pradel Henriquez
C’est un journal qui a traversé plusieurs générations, qui est témoin d’une tranche d’histoire. J’ai vécu une histoire particulière avec Le Nouvelliste. C’est le journal qui m’a formé ; mon premier texte a été publié dans Le Nouvelliste quand j’avais 20 ans, maintenant j’en ai 54. Je faisais partie de la génération de Rodney St Eloi, Emmelie Prophète et Dominique Batraville. Dans le cadre de son 120e anniversaire. Je souhaite autant de longévité au journal. Pour que le doyen de la presse fête d’autres 120 ans. À l’heure actuelle la presse écrite tend à disparaître, je souhaite que Le Nouvelliste tienne ce flambeau.
Eunide Innocent, ministre à la Condition féminine et aux Droits des femmes
120 ans pour Le Nouvelliste, dans un pays comme le nôtre, c’est 120 ans de résistance et de lutte. Toutefois à côté de ces moments douloureux il y a des périodes de réjouissances comme celle d’aujourd’hui. Je souhaite que Le Nouvelliste perdure. On reconnaît le travail colossal des médias. Ils jouent un rôle capital dans la formation de la population. Je déploie mon mouchoir devant les travailleurs et travailleuses de la presse, notamment ceux de Le Nouvelliste qui font un travail extraordinaire. Nous disons Excelsior !
Julsaint Julevière, lectrice
Je lis le journal depuis l’enfance, vu que mon père est un abonné. Le Nouvelliste m’a beaucoup appris, surtout dans le domaine juridique. En tant qu’étudiante en science juridique je lis avec beaucoup d’intérêt les rubriques Coin du droit et Au palais de justice. Longue vie à Le Nouvelliste ! Je lui souhaite des……. 120 ans.
Calvin Cadet
C’est un grand plaisir pour moi de fêter avec Le Nouvelliste pour ses 120 ans. Mon père était très attaché aux écrits du journal. Pour m’encourager à la lecture, chaque jour je devais lui lire un article du journal. Il est vrai que je n’ai pas un rapport particulier avec le doyen de la presse, mais ce qui m’a plu beaucoup, c’est qu’un jour j’étais dans un train et je voyais quelqu’un en train de lire le journal. Je souhaite que le travail continue. Que Le Nouvelliste continue à former des gens sur le plan national et sur le plan international.
Député Bossé Jean Robert
J’attends impatiemment les 5 fois 25 ans de Le Nouvelliste. Auparavant, je lisais les autres journaux, mais en lisant Le Nouvelliste, c’est différent. C’est une autre teneur. J’ai un souvenir avec Le Nouvelliste, c’est ce qui m’a immortalisé. A travers un article paru dans les colonnes du journal, ils ont dit que les collègues du député Bossé l’ont traité de fou. Et j’ai gardé cet article précieusement pour les générations futures. A l’occasion de la Journée de la liberté de la presse, j’exprime mon regret face à la disparition du photo-journaliste Vladjimir Legagneur. La bataille pour sauvegarder la liberté de la presse doit suivre son cours afin de ne pas retourner à l’époque duvaliériste. Je pense que Le Nouvelliste va continuer ce travail à travers ses articles.
Dominique Franck Simon, ancien collaborateur
120 ans est un exploit, il n’y a pas beaucoup d’institutions qui durent autant dans le pays. A ce titre-là, il a droit à tout notre respect, notre admiration et on ne peut que souhaiter 120 autres années encore. J’ai été agréablement surpris de voir que le journal a fait le tournant électronique avec son site Internet. Le Nouvelliste n’est pas en retard par rapport aux avancées technologiques. Pour moi, c’est un gage de longévité.
William Eliacin
C’est pour moi un honneur de venir saluer tous les membres du journal que je lis depuis ma tendre enfance. Maintenant que je suis à la retraite, j’ai plus de temps pour lire les articles du journal qui sont toujours très intéressants. D’après mois, Le Nouvelliste est une institution qui fait honneur au pays. Je pense que c’est ce qu’il y a de plus important. Je souhaite que Le Nouvelliste continue à perdurer, à faire honneur à la société haïtienne, continue à tenir bien haut ce flambeau qu’il porte depuis 120 ans.
Me Renan Hedouville, protecteur du citoyen
Le Nouvelliste n’est plus un média, n’est plus journal, c’est plutôt une institution nationale de référence. C’est notre Nouvelliste à nous. Cela veut dire que c’est Le Nouvelliste de la communauté haïtienne, de tous les Haïtiens vivant en Haïti et ceux vivant en dehors du pays. Nous souhaitons longue vie, encore longévité au Nouvelliste et nous espérons que les autres générations montantes pourront célébrer le 200e anniversaire du journal !
Allenby Augustin, opérateur culturel
Le Nouvelliste a pu garder sa pérennisation. Par rapport au changement, que ce soit politique ou social, il a su tenir debout. Pour moi c’est énorme. C’est une chose pratiquement incomparable. Je voudrais souhaiter bon anniversaire au journal et au staff de continuer à faire ce bon travail qu’il est en train de faire, non pas seulement en tant que journal, mais également en tant qu’institution, parce qu’après 100 ans, vous devenez une institution qu’aujourd’hui je salue.
Fernando Vidal, ambassadeur du Brésil
C’est une institution respectable, représentant l’un des plus importants organes de presse en Haïti. La presse est un instrument très important dans notre travail. L’une des fonctions classiques de la diplomatie est de négocier, de représenter et d’informer. On informe à travers les autorités locales, les collègues du corps diplomatique et la presse. Je félicite le journal pour avoir tenu pendant tout ce temps.
Abel Descollines, député de Mirebalais
120 ans, c’est énorme. Ce n’est pas donné à toute institution en Haïti. C’est pratiquement un siècle et deux décennies. Le Nouvelliste est un témoignage en termes de constance, de fidélité vis-à-vis d’une clientèle et aussi des lecteurs. Le Nouvelliste figure dans les annales de l’histoire de ce pays. A travers le temps, il nous a permis d’analyser et de comprendre l’histoire de ce pays.
Marina Gourgue
C’est une grande fierté d’être ici avec le staff du journal. En venant ici, je voulais rendre un hommage aux fondateurs. C’est quand même un patrimoine Le Nouvelliste. Je félicite les responsables qui ont pris la succession et tous leurs collaborateurs. Dans un pays difficile comme Haïti, il y a de très rares institutions qui ont franchi ce cap. Félicitations à la nouvelle génération. Gardez le flambeau toujours très haut pour la presse haïtienne.
Gertrude C. Séjour, directrice exécutive de la Fondation Maurice Sixto
120 ans d’existence, 120 ans de perfection, de progrès, parce que ça va de progrès en progrès, est quelque chose d’extraordinaire parce que rien en Haïti n’a ce que Le Nouvelliste a. On est fiers de parler de notre journal national. J’ai des amies en Belgique qui me demandent de partager mes vœux avec vous. Félicitations et bonne continuation ! Je dois dire que Le Nouvelliste a beaucoup supporté la Fondation Maurice Sixto.
Lucien Borges, directeur général de Radio Télé Ginen
Ça fait un bon temps depuis que je suis un fidèle lecteur du journal. En tant que directeur d’opinion, je me forme et je m’informe chez vous. C’est un honneur pour moi de venir rendre hommage et féliciter le journal. Tenir 120 ans n’est pas une mince affaire. Je vous souhaite de continuer sur cette lancée.

Pierre Josué Agénor Cadet, ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle
120 ans pour une institution dans un pays comme Haïti, on doit lui témoigner du respect. Parce que, selon l’adage, les bonnes choses ne durent pas. Le Nouvelliste forme des et des générations. Personnellement je suis un produit du journal. Le Nouvelliste est une école. C’est une école de l’apprentissage, de la lecture et de l’écriture. Je souhaite 120 ans encore au journal.
Claudel Pierre, journaliste du Cap-Haïtien
Le Nouvelliste m’a toujours informé, je souhaite courage et bonne continuation à tous les employés ! Excelsior à Le Nouvelliste !
Jerry Chandler, directeur de la Protection civile
Au nom de la Protection civile, je souhaite un bon anniversaire au Nouvelliste et bonne continuation ! Le Nouvelliste ne porte pas le nom de Doyen de la presse haïtienne pour rien car elle est un bon vin qui s’améliore avec le temps et avec l’âge.
Michel Joseph, journaliste à Radio Télévision Caraïbes (RTVC)
Le Nouvelliste donne déjà beaucoup. Je crois qu’il continuera à donner pour les générations à venir car il est un modèle. Que Le Nouvelliste continue à former des jeunes afin de redorer le blason du métier de journaliste en Haïti !

Robenson Geffrard avec la participation de Jean Daniel Sénat, Worlgenson Noel, Ruth Cadet, Danio Darius, Edrid St-Juste, Woody DUFFAULT, Ricardo Lambert et Michelson Césaire
Auteur


forum

Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Promouvoir & Vulgariser la Technologie