MosaikHub Magazine

Real-PSG : comment le vestiaire a accueilli les choix d’Emery

samedi 17 février 2018 par Charles Sterlin

Depuis le revers du PSG sur la pelouse du Real Madrid mercredi soir (3-1), le coaching d’Unai Emery est scruté. Tous les choix de l’entraîneur parisien lors du 8e de finale aller de la Ligue des champions n’ont pas entraîné la même adhésion du vestiaire.

Thiago Silva : un choix qui n’a pas surpris
Derrière, la titularisation de Presnel Kimpembe à la place du capitaine Thiago Silva a beau être la décision la plus marquante, c’est celle qui aura certainement le moins de conséquences en interne. En effet, cette décision a été expliquée en amont au principal concerné. Et beaucoup de Parisiens, y compris les plus proches du Brésilien, ont compris Unai Emery. Ce qui a pu surprendre au sein du club, c’est la façon dont cela a été annoncé au dernier moment alors que rien ne laissait présager une titularisation de Kimpembe ces derniers jours au Camp des Loges.
L’état-major soutient d’ailleurs l’entraîneur espagnol sur ce point. L’importance de Thiago Silva dans le vestiaire est de plus en plus réduite. Certains évoquent un capitaine isolé et solitaire qui n’a plus la même influence. L’été dernier, Unai Emery avait d’ailleurs ouvert la porte à un départ de Thiago Silva avant de faire machine arrière.

Sélectionné pour vous
Real-PSG : Kroos était-il hors-jeu avant de provoquer le penalty ?
La gestion de Di Maria interroge
Il y a en revanche davantage d’incompréhension autour du cas Angel Di Maria, qui a passé les 90 minutes sur le banc alors que Giovani Lo Celso peinait en sentinelle. Certains auraient voulu que Di Maria entre, voire débute le match dans l’entrejeu. L’ex-joueur du Real a très mal vécu le fait de ne pas être titularisé. Encore moins le fait de ne pas entrer alors qu’il est en grande forme depuis plusieurs semaines et qu’il avait débuté toutes les rencontres du PSG en ce début d’année 2018. Au sein du club, une autre décision interroge : celle de remplacer Edinson Cavani par Thomas Meunier à un moment où Paris dominait les débats.
A lire aussi >> Real-PSG : Paris peut croire en la remontada… car il l’a déjà réalisée deux fois !
Loin de Madrid, un autre joueur semblait agacé : Thiago Motta. Le milieu italo-brésilien n’a pas été convoqué par son entraîneur pour ce déplacement à Bernabeu alors qu’il se sentait bien physiquement et s’estimait prêt à disputer ce match à Santiago-Bernabeu. Unai Emery va devoir désormais trouver les mots pour calmer et relancer plusieurs cadres parisiens.

Sélectionné pour vous
Bernard Tapie, "déçu" par le match aller, donne son pronostic pour PSG...
Emery pas - encore - remis en question
Vingt-quatre heures après la défaite contre le Real, il n’est aucunement question de réunion ou de prise de décision dans l’état-major parisien, chacun préférant profiter de la journée de repos. Il n’y aura pas plus de réunion ou de changement vendredi ou la semaine prochaine. Rien ne devrait bouger avant le match retour face au Real Madrid, le 6 mars prochain. D’ici là, Unai Emery aura trois semaines pour gérer son effectif. Et continuer d’imposer ses choix sans se fragiliser.


Accueil | Contact | Plan du site | |

Creative Commons License

Promouvoir & Vulgariser la Technologie